Compte rendu de la rencontre des 12-13 juin 2015 à Saly

Compte rendu de la rencontre des 12-13 juin 2015 à Saly

Catégorie : Compte rendu

Print Friendly

COMPTE-RENDU DE LA REUNION AVEC LES PARTENAIRES

Réflexion sur l’instauration d’une

« Année Africaine de la Pêche Artisanale »

HOTEL LES FILAOS – SALY MBOUR- SENEGAL

12 – 13 JUIN 2015


Pêcheur en pirogue

Logos partenaires

I – Cérémonie d’Ouverture de la Réunion CAOPA/Partenaires

La Confédération Africaine des Organisations Professionnelles de la Pêche Artisanale et ses partenaires ont organisé les douze (12) et treize (13) Juin deux mille quinze (2015) une rencontre, au Sénégal, Siège de l’Organisation, pour étudier la requête introduite auprès de l’Union africaine relative à la proclamation d’une « Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

cr-rencontre-12-13-juin-2015-02

Avant le début des travaux, le Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime du Sénégal, Monsieur Oumar GUEYE a procédé à l’inauguration du Siège de la Confédération à Mbour.

Après cette inauguration, le Ministre a présidé à l’ouverture officielle de la cérémonie à l’Hôtel Les Filaos de Saly/Mbour qui a abrité les discussions.

La rencontre a enregistré la participation outre des partenaires européens, les Représentants d’institutions internationales dont l’Union Africaine (IBAR), le NEPAD, la FAO, l’ONUDI, les organisations sous régionales (CSRP, PRCM), et locales intervenant dans le sous secteur de la pêche artisanale.

Egalement les autorités administratives, politiques et représentants d’organisations professionnelles de la pêche artisanale locale ont pris part à cette rencontre.

Les différentes personnalités qui ont pris la parole à cette occasion, ont tous montré l’importance en général de la pêche et en particulier de la pêche artisanale tant bien au niveau mondial qu’en Afrique.

Elles ont adressé de vives félicitations à la CAOPA pour sa vision et loué sa grande ambition pour la promotion du développement durable de la pêche artisanale en Afrique. Ainsi, elles se sont engagées à appuyer la Confédération dans son plaidoyer vu la justesse et la pertinence de l’idée consistant à la déclaration par l’Union Africaine d’une « Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

Dans leurs allocutions, on peut relever les éléments ci-après qui corroborent leurs appréciations sur les points suscités :

Monsieur Sid Ahmed ABEID Président de la CAOPA

Monsieur Sid Ahmed ABEID à l’entame de son allocution a souhaité la bienvenue au Ministre de la pêche et de l’Economie Maritime, aux Autorités présentes et à tous les participants.

Il a également remercié les Autorités d’avoir accepté l’invitation de la CAOPA.

Ceci témoigne l’intérêt et la considération que les hauts responsables du Sénégal ont à l’égard de la Confédération.

Abordant l’objet de la réunion, le Président de la CAOPA a précisé que la rencontre avec les partenaires entre dans le cadre d’une réflexion qui va donner un contenu pertinent au plaidoyer visant à justifier la proposition faite à l’Union Africaine de déclarer une « Année Africaine de la Pêche Artisanale, et d’identifier les activités phares qui pourront constituer le cas échéant une feuille de route pour cette initiative.

Il a ainsi souligné que les Etats des fédérations nationales des pays membres de notre organisation sont les premiers partenaires, ce qui est clairement mentionné dans la charte de la CAOPA.

Concernant la place et le rôle de la pêche artisanale, Il a noté qu’elle est un atout pour les pays africains face aux défis de développement durable, et de loin, le principal fournisseur d’emplois.

Il a indiqué que les activités menées dans les filières à travers notamment la capture et le commerce font que la pêche artisanale offre, dans la plupart de régions africaines un filet de sécurité alimentaire aux populations les plus démunies.

En effet, il a montré que l’Afrique se caractérise par une forte dépendance humaine à la pêche artisanale, car des millions de personnes dont de nombreuses femmes tirent l’essentiel de leurs moyens d’existence de ce secteur.

Cependant, il a fait remarquer que la pêche artisanale en Afrique est confrontée à un nombre important de contraintes notamment :

  1. L’Insuffisance de capacités institutionnelles et la non intégration de la pêche artisanale dans les politiques nationales et régionales de développement ;
  2. Beaucoup de ressources côtières sont pleinement exploitées et même exploitées au-delà de leurs limites biologiques, ce qui a entrainé une baisse des performances économiques et sociales des pêcheries artisanales ;
  3. Beaucoup de communautés côtières qui dépendent de la pêche artisanale vivent dans des conditions de pauvreté et sont exclues dans les prises de décision et sont en marge du développement ;
  4. Malgré l’importance du potentiel de ressources halieutiques exploitables et le volume des captures, l’Afrique a le taux moyen de consommation de produits halieutiques le plus faible au monde ;
  5. de plus, d’autres utilisations des ressources et des pêches non durables menacent les habitats marins et la biodiversité.

C’est pour palier à ces contraintes que la CAOPA propose une Année Africaine de la Pêche Artisanale dont le but est de permettre à l’Afrique de profiter pleinement du potentiel économique, social et environnemental qu’offre le secteur de la pêche artisanale.

cr-rencontre-12-13-juin-2015-03Dans ce cadre, il a noté qu’il est heureux de constater la reconnaissance de plus en plus de la communauté internationale de l’importance de la pêche artisanale.

Cette reconnaissance est consacrée par l’adoption par les Etats membres de la FAO, lors du Comité des Pêches de Juin 2014, des Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la pauvreté.

La CAOPA se félicite également de l’engagement de l’Union africaine à réformer la pêche en Afrique et de l’adoption récente de la Stratégie de Réforme des politiques des pêches et de l’aquaculture en Afrique.

Et cela, pour le Président de la CAOPA, est favorablement accueillie par les communautés de la pêche artisanale car, en tant que professionnels, les acteurs de ce sous secteur ambitionnent d’avoir une pêche qui contribue à la sécurité alimentaire, à la lutte contre la pauvreté, à l’amélioration des conditions de travail et de vie des acteurs, en particulier des femmes, et à leur implication dans les prises de décision.

C’et pourquoi, la Confédération pense que ce but ne peut être atteint sans une amélioration de la conservation et l’utilisation durable des ressources halieutiques à travers la mise en place de la transparence et de la bonne gouvernance.

Cela suggère également que la Réforme de la Politique Africaine des Pêches et de l’Aquaculture et les Directives Internationales Volontaires pour une Pêche artisanale Durable soient vulgarisés et intégrés dans les législations nationales.

Dans ce cadre, en ce qui concerne l’Afrique, il a souligné qu’un engagement actif et concret est nécessaire de la part de l’Union africaine et de ses membres, des organisations nationales et internationales intervenant dans le secteur des pêches, et de toutes les parties prenantes.

Cependant, il a tenu à remercier les Ministres et les organisations internationales qui ont déjà soutenu officiellement l’initiative de la CAOPA pour une « Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

Il se réjouit aussi du choix porté sur le Sénégal à cet effet. Il a indiqué que le choix du Sénégal n’est pas fortuit, car ce pays est connu pour sa stabilité politique et sociale, ses atouts socioculturels et touristiques et sa « Téranga » légendaire qui traduit l’hospitalité de son peuple.

Pour la CAOPA, ce choix est opportun à plusieurs égards. En Effet,

  1. le siège de la Confédération est basé au Sénégal, que le Gouvernement a accepté de bonne grâce à abriter ;
  2. Heureuse coïncidence, cette réunion se tient à un moment où Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, assure la présidence de deux institutions phares de notre continent que sont le NEPAD et la CEDEAO.

C’est ainsi que le choix judicieux porté sur la personne de Son Excellence le Président Macky SALL pour soutenir le plaidoyer n’est pas gratuit car il témoigne, si besoin en était de l’audience prestigieuse dont il jouit de la part de ses Pairs africains et de la communauté internationale.

Pour ces raisons, la CAOPA et ses partenaires sollicitent la bienveillance de Monsieur le Ministre, afin d’être leur porte-parole auprès de Son Excellence le Président Macky SALL, pour lui demander de porter leur plaidoyer auprès de ses Pairs , des institutions africaines et internationales intervenant dans le secteur des pêches et de la Communauté internationale, car convaincus que l’implication de Son Excellence, le Président Macky SALL et à travers lui la diplomatie sénégalaise, qui jouit d’un bon rayonnement international, permettra de réussir les démarches du plaidoyer.

Le  Président de la CAOPA a saisi de l’occasion pour témoigner toute sa satisfaction et gratitude à l’endroit du Gouvernement de la République du Sénégal pour avoir autorisé la tenue de cette rencontre au Sénégal et la facilitation des déplacements des participants venus des autres pays d’Afrique et d’Europe.

A la fin de son discours, il a assuré au Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime de trouver toujours auprès de la CAOPA toute leur disponibilité à collaborer pour le développement durable de la pêche artisanale en Afrique.

Monsieur Francisco MARI de l’ONG Pain pour le Monde (Allemagne)

cr-rencontre-12-13-juin-2015-04

Monsieur Fransico MARI, prenant la parole au nom des partenaires de la CAOPA, a mis l’accent sur l’importance de la contribution de la pêche artisanale dans la sécurité alimentaire. Il pense à cet égard que la pêche artisanale est le garant de la Sécurité alimentaire des populations.

Concernant les organisations professionnelles de la pêche artisanale, il a magnifié leur degré d’engagement et de dynamisme en dehors de l’Afrique.

Pour lui, cet engagement a contribué à changer la vision des européens et celle de l’Union Européenne sur la pêche artisanale.

Par ailleurs, il a noté que la parfaite synergie et complémentarité existant entre les hommes et les femmes dans le sous secteur est une particularité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Elle constitue un atout important pour le développement inclusif de ce sous secteur.

Monsieur MARI a donné ainsi l’assurance de leur engagement à appuyer l’initiative de la CAOPA en Europe et partout dans le monde où ils interviennent, pour soutenir le plaidoyer.

En outre, en terminant son allocution, il a assuré au Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime que l’organisation dans laquelle il évolue, est disposée à accompagner les Etats de Afrique de l’Ouest pour une plus grande prise en compte de la pêche artisanale.

En conséquence, des actions sont menées par son organisation pour influencer et inciter l’Europe à soutenir la durabilité de la pêche artisanale.

Monsieur Boubacar SIDIBE d’IBAR/Union Africaine/NEPAD

cr-rencontre-12-13-juin-2015-05Monsieur SIDIBE a aussi souligné dans son discours le rôle de la pêche artisanale en Afrique dans la sécurité alimentaire des populations dont 60% de la production sont destinés à la consommation humaine. Elle constitue pour cela la première source de protéines d’origine animale, d’emplois et de revenus pour des millions de personnes.

Mais, il a estimé que les acteurs de ce sous secteur des pêches « sont considérés à tord ou à raison comme pauvres ».

Toutefois, il a indiqué que ce sous secteur traverse une situation difficile dans son évolution dont les maux sont notamment :

  • la faiblesse de la gouvernance institutionnelle ;
  • la faiblesse de l’organisation des organisations professionnelles à la base ;
  • L’accès libre incompatible avec la gestion durable des ressources.

Dans ce contexte, il a noté que l’Union Africaine à travers sa Commission chargée de la pêche et de l’aquaculture a entrepris et élaboré un document « Cadre de la Réforme de la Politique africaine des Pêches et de l’aquaculture ».

Ce document a été produit en collaboration avec les communautés intervenant dans le secteur des pêches, et le soutien de l’Union Européenne, le Programme d’Appui à la pêche artisanale et les organisations d’acteurs non étatiques.

C’est un instrument politique adopté à la 23e session du Sommet des Chefs d’Etat à Malabo visant à garantir durablement la contribution de la pêche artisanale à l’éradication de la pauvreté, la sécurité alimentaire et autres avantages sociaux des communautés intervenant dans le sous secteur des pêches.

Il est un cadre de référence dans la politique des pêches et de l’aquaculture en Afrique, qui identifie les mécanismes, qui vont faciliter l’implication des pays membres de l’Union Africaine dans les dispositions des « Directives Internationales Volontaires pour une Pêche Artisanale Durable », de la FAO.

En considération de tout ce qui précède, Monsieur SIDIBE a estimé que la proposition de la CAOPA à l’Union Africaine d’une « Année Africaine de la Pêche artisanale » s’inscrit entièrement et parfaitement dans l’atteinte des objectifs des Directives de la FAO.

Aussi, il a donné l’assurance que la Commission Régionale de l’Union Africaine et l’Agence de Planification du NEPAD, mettront tout en œuvre, pour accompagner la CAOPA dans les discussions et échanges, en vue de faire des propositions réalistes pour atteindre l’objectif visé.

Monsieur SIDIBE, en terminant son discours, a demandé à tous les partenaires de soutenir la pêche artisanale pour son développement durable.

Monsieur Vincent MARTIN Représentant Résident de la FAO/Sénégal.

cr-rencontre-12-13-juin-2015-06

Monsieur MARTIN, s’appuyant sur les réalités de la pêche artisanale au Sénégal, qui constitue une bonne illustration dans le continent africain, a montré l’importance de ce secteur dans le sous secteur des pêches.

La pêche artisanale constitue le moteur de développement économique et social dont les femmes jouent un rôle important dans la transformation des produits.

Cette place lui permet de contribuer de manière significative à la sécurité alimentaire avec des effets multiplicateurs sur les économies locales.

Elle est également à la base de l’existence des communautés locales par la création d’emplois, 90% des acteurs.

Cependant, Monsieur MARTIN a souligné que la Pêche artisanale a de nombreux défis à relever relatifs notamment à:

  • La dégradation des indicateurs de rendement ;
  • L’accroissement des conflits frontaliers à cause du recrutement du secteur, de l’accès aux zones de pêche et de l’appropriation des moyens du sous secteur.

Le palliatif à ces défis réside de l’avis de Monsieur MARTIN dans le renforcement de la gouvernance sectorielle de la pêche artisanale, qui peut être atteinte par l’adoption de « Nouvelles Directives Volontaires de la FAO pour une Pêche Artisanale Durable », avec l’implication des professionnels de la pêche artisanale. Mais pour arriver à ce résultat, l’implication de la société civile est fondamentale.

A cet égard, il a noté que la CAOPA a très tôt compris en voulant promouvoir la vulgarisation et la mise en œuvre de Nouvelles Directives de la Pêche Artisanale Durable.

Il a fait remarquer que les Directives de la FAO sont le premier instrument adopté au niveau international entièrement consacré à la pêche artisanale.

Pour cette raison, Monsieur Martin appelle à une synergie dans sa mise en œuvre pour garantir une meilleure appropriation.

Il a ainsi souligné que le Cadre de la Réforme de la Politique des pêches et de l’Aquaculture de l’Union Africaine fait référence aux Directives de la FAO pour améliorer la contribution de la pêche artisanale au développement économique et social.

Il incombe cependant de travailler ensemble, en vue de leur intégration dans les législations nationales.

Monsieur MARTIN a porté à la connaissance des participants que la FAO travaille actuellement avec ses partenaires européens sur la proposition, et l’adoption d’un programme intitulé  « La Croissance Bleu » dans lequel la pêche artisanale peut jouer un rôle important.

Il a indiqué à la fin de son discours que la CAOPA a le soutien de la FAO pour l’instauration d’une « Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

Allocution d’ouverture de Monsieur Omar GUEYE  Ministre de la pêche et de l’Economie Maritime.

Monsieur le Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime a d’abord souhaité la bienvenue aux participants et particulièrement ceux venus de l’étranger, qui ont choisi le Sénégal, terre de la « Téranga », connu par l’hospitalité légendaire de sa population.

Par ailleurs, il les a transmis les mots de bienvenue de Son Excellence Monsieur Macky SALL Président de la République du Sénégal, de son Premier Ministre Monsieur Mohamed Boun Abdalah DIONE et de tout le Gouvernement du Sénégal.

Il s’est dit heureux de présider la rencontre de la CAOPA avec ses partenaires et de procéder à l’ouverture officielle du siège de la Confédération.

Revenant sur le sens de la rencontre, il a indiqué que « celle-ci se place dans le cadre de la coopération entre acteurs de la pêche artisanale qui est un maillon essentiel de la pêche ».

Il a ainsi saisi l’opportunité pour remercier Monsieur Gaoussou GUEYE Secrétaire Général de la CAOPA pour son engagement en faveur de la pêche en général et de la pêche artisanale en particulier et il l’a qualifié « l’avocat de la pêche artisanale ».

Monsieur le Ministre en évoquant la place qu’occupe le secteur de la pêche au Sénégal a montré l’importance de celle ci dans l’économie nationale et de son potentiel.

Il a souligné que son Excellence Monsieur le Président de la République accorde une attention particulière au secteur.

C’est ainsi que le secteur de la pêche et de l’aquaculture occupe une place privilégiée dans le Plan Sénégal Emergent, (PSE) référentiel unique des politiques économique et sociale du Sénégal.

La pêche est inscrite parmi les moteurs de croissance sectorielle de « l’Axe 1 » du PSE, et participe à la transformation structurelle de l’économie pour une croissance inclusive.

Ce qui montre le rôle important qu’elle joue dans la contribution à l’atteinte de la sécurité alimentaire.

Le secteur contribue 2% du PIB, assure 70% d’apport en protéine d’origine animale aux sénégalais avec une consommation per capita estimée à 26kg par an comparée à la moyenne mondiale qui est de 16kg/per capita/an. Ce qui prouve la place importante qu’occupent les produits halieutiques au Sénégal.

En ce qui concerne la CAOPA, Monsieur le Ministre en rappelant l’évolution de la Confédération a souligné les résultats importants qu’elle a enregistrés au cours de la courte période de son existence (l’adhésion de beaucoup de pays avec 17 actuellement, l’acquisition d’un Siège fonctionnel, le respect des dispositions de ses statuts en procédant régulièrement au renouvellement de ses instances conformément aux textes règlementaires qui la régissent).

C’est ainsi qu’il a mentionné l’agrément des plus hautes Autorités du Sénégal envers la CAOPA.

Revenant sur l’objet de la réunion, Monsieur le Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime a précisé que celle-ci s’inscrit dans le cadre du plaidoyer pour la déclaration par l’Union Africaine d’une « Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

En l’occurrence, il a donné à l’assistance l’assurance de l’appui du Gouvernement du Sénégal et à la tête le plus haut soutien de Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL.

cr-rencontre-12-13-juin-2015-07

Cependant, il a exhorté aux participants de faire une large concertation pour identifier les aspects pertinents qui pourront contribuer à la matérialisation et à la mise en œuvre de cette initiative.

Ce plaidoyer bénéficiant du soutien du Gouvernement du Sénégal vise entre autres objectifs à promouvoir les « Nouvelles Directives de la FAO pour une Pêche Artisanale Durable » au niveau panafricain.

Il a rappelé le But visé par cet instrument, qui est « d’assurer la durabilité de la pêche artisanale dans un contexte de sécurité alimentaire et d’éradication de la pauvreté ».

Dans cette perspective, les résultats attendus permettront : de renforcer la contribution de la pêche artisanale à la sécurité alimentaire et la nutrition, favoriser le développement équitable et améliorer la condition sociale des producteurs de la pêche artisanale, et une pêche durable et responsable.

Monsieur le Ministre a adressé aussi ses félicitations et remerciements aux partenaires de la CAOPA qui ont rendu possible la tenue de cette rencontre.

Il a réitéré l’engagement du Ministère de la pêche et de l’Economie Maritime qui ne ménagera aucun effort pour soutenir l’initiative de la CAOPA.

En notant l’importance accordée au secteur de la pêche par son Gouvernement, Il a rappelé l’instruction du Président de la République, qui a consisté à réaliser d’importantes infrastructures modernes en faveur de la pêche artisanale parmi lesquelles des quais de débarquements, aires de traitement et de transformation des produits de la pêche, et la dotation de gilets de sauvetage aux pêcheurs.

Dans ce chantier de développement et de modernisation de la pêche artisanale, figure en bonne place l’éducation et la formation pour un changement qualitatif des mentalités en faveur de la préservation de la ressource.

Pour lui, il est fondamental de changer de paradigmes pour une meilleure gestion de la ressource en vue d’en assurer la durabilité au bénéfice des générations futures.

Monsieur le Ministre a terminé son discours en invitant les participants à accorder une grande attention aux travaux pour consolider la note de plaidoyer à adresser à l’Union Africaine, et à collaborer avec les communautés de pêche du monde en général et de l’Afrique en particulier.

C’est sur ces mots qu’il a déclaré ouvert la réunion vers l’initiative d’ « une Année Africaine de la Pêche Artisanale ».

II – Atelier de partage sur l’initiative de l’Année Africaine de la Pêche Artisanale

cr-rencontre-12-13-juin-2015-08

La réunion a porté exclusivement sur l’examen d’un point unique. Il s’agissait d’approfondir la réflexion sur l’initiative proposée par la CAOPA en vue d’améliorer le document de plaidoyer qui devra conduire à l’élaboration d’un plan d’actions dans la perspective de l’approbation de la proposition par l’Union Africaine.

Le Secrétaire général de la CAOPA, Monsieur Gaoussou GUEYE est intervenu, en premier, en rappelant l’historique de l’idée de cette initiative. Il a souligné les démarches déjà entreprises et les résultats obtenus.

Il a à cet égard porté à la connaissance des participants des saisines faites à l’ensemble des institutions nationales, régionales d’Afrique y compris l’Union Africaine et des institutions internationales intervenant dans le secteur de la pêche en Afrique telles que la FAO, l’Union Européenne.

En ce qui concerne le Sénégal, toutes les Autorités administratives au plus haut sommet de l’Etat ont été informées par correspondance.

Monsieur GUEYE s’est réjoui de l’accueil favorable de cette initiative qui a enregistré l’adhésion de tous ceux qui ont été saisis (adhésion matérialisée par des réponses écrites qui font part de l’intention de ceux-ci d’accompagner l’initiative).

Il a précisé que l’objectif général poursuivi est de donner plus de visibilité à la pêche artisanale en Afrique en mettant en œuvre les Nouvelles directives internationales pour une Pêche Artisanale durable de la FAO, en synergie et en harmonie avec le Cadre de la Réforme de la Politique des Pêches et de l’Aquaculture, adopté par l’Union Africaine.

Pour cela, il est indispensable qu’il y ait l’implication effective des Gouvernements africains mais également des organisations nationales, internationales et des acteurs intervenant dans ce secteur pour une meilleure portée. Il a ainsi estimé que cela dépend d’un argumentaire fort et pertinent du plaidoyer.

Sur la base de cet éclairage et de mise à niveau, les discussions ont été menées en plénière dans l’après midi du 12 juin pour recueillir les avis et suggestions des participants.

Au terme des débats, il ressort des discussions qu’il faut que certains membres travaillent sur la mise en place d’un comité.

Il en est ressorti qu’il faut :

  1. Préciser l’ambition de l’initiative
  • Harmoniser les politiques ;
  • Promouvoir la pêche artisanale ;
  • Implication des acteurs dans la prise de décision.
  1. Mettre en place un Comité
  • Plan d’action du Comité (termes de références : objectifs, capacités actions, stratégies, résultats).
  1. Mobilisation des acteurs concernés au niveau des pays.

La journée du 13 juin a été consacrée aux travaux de groupes sur la base des orientations sus-indiquées. Le résultat de leurs travaux, validé par la réunion est présenté ci-après :

Groupe I – Réflexion sur l’année africaine de la pêche artisanale

Thème
Objectifs
Recommandations

Composition du groupe

  • Moussa MBENGUE (Président)
  • EL Hadji Abdoulaye COUME (Rapporteur)
  • Aymar DEDI
  • Khalil R. NDIAYE
  • Alassane SAMBA
  • Anta Diouf TOP
  • Sokhna DIAKHTE
  • Ahmed NIANG
  • Somplihi Micheline DION
  • El Blihi ABDALLAH
  • Adama SALL
  • INOUSSA MAIGA
  • Batieno BARTHELEMY
  • Béatrice GOREZ
  • Gaoussou GUEYE
  • Gilbert SARR
  • Birame SOW
  • Bassirou SENE
  • Ibrahima DIALLO
  • Fatou SENE

Thème : « La pêche artisanale responsable: un moteur de développement durable pour une prospérité partagée en Afrique »

Objectifs de l’année africaine de la pêche artisanale

  • Promouvoir l’importance de la pêche artisanale
  • Garantir et renforcer durablement la contribution de la pêche artisanale à la réduction de la pauvreté, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et aux avantages socio-économiques des communautés de pêche.
  • Encourager les Etats membres de l’Union Africaine à mettre en œuvre les directives volontaires de la FAO pour une pêche artisanale durable.
  • Promouvoir la participation des communautés de pêche artisanale à la gouvernance des pêches

Tâches du comité

  • Elaborer la note conceptuelle pour une année africaine de la pêche artisanale
  • Asseoir une stratégie de plaidoyer
  • Développer un plan de communication autour du plaidoyer
  • Informer, sensibiliser et mobiliser les communautés de pêche et des leaders d’opinion
  • Coordonner la préparation des actions de plaidoyer
  • Elaboration d’un budget prévisionnel et les modalités de mobilisation de ces ressources

Composition

Critères: compétences, engagement, disponibilité, représentativité

Flexibilité

Participation des femmes

Nombre ?

Tenir compte des organisations régionales :

– Commissions régionales de pêche

– Commissions économiques régionales

Autres organisations socioprofessionnelles africaines

Partenaires techniques et financiers

Modalités de fonctionnement

Périodicité des réunions

Attendus

Le résultat de la réflexion du comité sera proposé à la CAOPA pour pouvoir mener des actions par rapport aux objectifs du plaidoyer

Recommandations au comité

  • Un système de suivi, d’évaluation et de capitalisation dans la note conceptuelle
  • Décliner les Objectifs globaux en objectifs plus spécifiques pour une meilleure prise en compte des préoccupations.

Groupe II :

Président et modérateur : Makhtar THIAM

Rapporteur : Ndèye Louise SARR

Membres

  • Sidi Ahmed ABEID
  • Amadou Lamine GUEYE
  • Kai KASCHINSKI
  • Francisco MARI
  • Amadou Oumar TOURE
  • Daouda F. SAINE
  • Assane DEME
  • Sara Frocklin
  • Antonia Adama DJALO
  • Ahmed SENHOURY
  • Mohamed Abidine MAYIF

Objectif : « réfléchir sur le comité (nature, composition, mandat) qui va appuyer la CAOPA pour prendre en charge le processus de plaidoyer vers l’année de la Pêche Artisanale ».

COMITE DE PLAIDOYER POUR UNE ANNEE AFRICAINE DE LA PECHE ARTISANALE

  1. Composition la plus représentative possible avec tous les acteurs qui pourront appuyer la CAOPA pour défendre et porter le plaidoyer pour l’acceptation de l’année par l’UA : sommités, porteurs de voix ; soutiens techniques et conseils

Le comité rend compte à la CAOPA et travaille sous son égide.

  1. Mise en place d’un comité central de base composé des membres présents à l’atelier et d’un comité élargi.

Le Comité central/Secrétariat a la possibilité de proposer/identifier et coopter des membres au besoin.

Composition comité de base restreint pouvant être considéré comme le Secrétariat (compétents, mobilisables, engagés…) :

  1. Organisations professionnelles : CAOPA (un nombre représentatif : 4 membres selon secteurs) ;
  2. Institutions : CSRP, PRCM, UPAMES, ADEPA
  3. Organisations de la Société Civile : REJOPRAO
  4. Personnes ressources : Messieurs Alassane SAMBA, Mohamed MAYIF…
  1. Taches du comité
  • Elaborer la note conceptuelle (français, anglais, portugais et arabe) pour une Année Africaine de la Pêche Artisanale : deadline 10 aout 2015
  • Elaborer et mettre en œuvre une stratégie de plaidoyer
  • Développer un plan de communication autour du plaidoyer
  • Informer, sensibiliser et mobiliser les communautés de pêche et des leaders d’opinion
  • Coordonner la préparation des actions de plaidoyer

NB : il est important que la note conceptuelle soit élaborée avant la tenue des rencontres importantes des acteurs qui doivent être sensibilisés sur l’initiative.

Dates Clefs :

  • Audience avec son excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal ;
  • Réunion CSRP : 15 Août 2015 ;
  • Journée Mondiale de la Pêche : Novembre 2015 à Agadir ;
  • Forum PRCM : Novembre 2015 ;
  • Réunion CAMPHA (NEPAD) : Mars–Avril 2016 ;
  • Réunion Chefs d’Etats Africains : fin 2016 ;
  • Journée Mondiale de la Pêche : 21 Novembre 2015 (AGADIR /Maroc) ;
  • Journée internationale des femmes CAOPA : 8 Mars 2016 Mauritanie ;
  • Comite de Pêches (COFI) au siège de la FAO à Rome (Italie) : Juin 2016.
  1. Fonctionnement du Comité
  • CAOPA : leader
  • Réunions du Secrétariat à Dakar/Sénégal en cas de besoin
  • 1ere réunion proposée : au plus tard 15 Août avec un délai suffisant avant la prochaine réunion des Ministres de la commission sous régionale des pêches (CSRP) pour faire le plaidoyer. Le comité permanent préparera une note partagée avec tous les autres membres.

Inciter la création d’un réseau de tous les partenaires soutenant l’initiative.

NB : Précision : pas de budget lié au plaidoyer

Utiliser les moyens de communication tels Internet pour faciliter les échanges.

cr-rencontre-12-13-juin-2015-09

Vers une Année Africaine de la Pêche Artisanale


Commenter

décembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31